Votre galette, vous l’aimez comment ?

Miam miam miam, la galette des Rois… Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, c’est la « tradi », à la frangipane !!

Et si elle est en vente dans les grandes surfaces depuis bien avant Noël, en fait ce n’est qu’aujourd’hui qu’on la mange : le 6 janvier, c’est l’Epiphanie.

L’Épiphanie est une fête chrétienne qui célèbre le Messie venu et incarné dans le monde et qui reçoit la visite et l’hommage des rois mages. Cette fête est directement liée à Noël, au solstice d’hiver, au retour de la lumière. C’est à ce moment que les jours commencent à s’allonger de façon sensible, que la promesse de la nuit solsticiale est tenue en quelque sorte.

La visite des rois mages symbolise aussi la reconnaissance de ce qui s’est produit à Noël. Dieu se donne à voir, et il se donne à voir à toute l’humanité représentée par les mages venus du bout du monde. Le mot Epiphanie (on parle aussi de Théophanie) signifie « manifestation de Dieu ».

Et ce qui est nouveau avec la naissance du Christ, c’est que l’idée de Dieu ne se fait pas sous la forme d’une révélation extérieure à l’humanité mais bien sous les apparences de l’humanité : Dieu s’est fait l’un de nous, comme un bébé. Noël, l’Épiphanie, les moments du commencement, sans bruit… Voilà la bonne nouvelle proposée par cette fête.

L’évangile dit : « Ils se prosternèrent et l’adorèrent. Ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. » L’or est la marque de la royauté, l’encens, celle de la divinité et la myrrhe, utilisée dans l’embaumement, celle de la renaissance.

Avec tout cela, qu’est-ce cela veut dire concrètement pour chacun d’entre nous que célébrer le Messie incarné ? Ce n’est rien d’autre qu’une invitation, qui se situe dans la lignée de Noël, la fête qui nous invite, au moment des jours les moins longs de l’année, à l’introspection, à la recherche de sa lumière intérieure. L’Epiphanie, c’est aller à la rencontre de Dieu en soi : reconnaître, au-delà de notre apparence humaine, ce qui est de divin en nous, c’est-à-dire notre nature spirituelle. C’est voir au-delà des apparences (ce bébé qu’est Jésus) notre véritable puissance (qui il est réellement : le Messie, le fils de Dieu, le roi du monde), qui ne réside pas dans notre enveloppe corporelle mais bien dans la dimension spirituelle qui la transcende.

A ce sujet, si vous voulez aller plus loin, je ne résiste pas au plaisir de vous faire part de la canalisation que j’avais réalisée l’année dernière pour le 6 janvier. Je pense qu’elle est toujours d’actualité 😉

En ce jour des Rois, il est temps d’accueillir le Christ en toi. Tout comme les rois mages ont été guidés vers lui, je t’invite aujourd’hui à lui ouvrir ton coeur. Tu te demandes peut-être ce que cela veut dire. Qu’est-ce que Dieu ? Qu’est-ce que le Christ ? Et comment leur faire une place dans ta vie ? Dieu est le reflet de tout ce que tu vois de divin dans ta vie. Pour le voir, il te suffit d’ouvrir ton esprit à la rencontre. Tu n’as pas besoin de plus d’explications que cela. Fais confiance à ce que tu ressens. Se sentir divinement guidé, c’est quelque chose qui se décide. Ouvre-toi simplement à ce qui est grand et lumineux en toi. Et quand tu regardes bien, tout est grand et lumineux en toi. Ouvre-toi à toutes les facettes de toi. Dieu existe en toi en tant que toi. Tout ce que tu vis est la vie qui s’exprime à travers toi et en cela elle est divine. Laisse derrière toi la pensée des jugements. Il n’y a rien de bon ni de mauvais, il n’y a juste que toi. Il n’y a juste que tes pensées, tes sentiments, tes émotions, il n’y a juste que la vie qui s’exprime à travers toi. Si tu ne sais pas comment faire, comment agir, que dire ou encore que répondre quand tu souffres, écoute qui tu es vraiment et tu le sauras. Tu le sais au fond de toi quand ce qui est à dire est à dire et ce qui est à faire est à faire. car alors tu n’as pas besoin d’argumenter. Quand tu agis en lien avec toi même, tu te sens bien. Et c’est tout. C’est à ce moment-là que tu es Dieu, que tu accueilles le Christ en toi, que tu es la Vie. Le bien et le mal ne sont pas des choses extérieures à toi, il y a seulement ce qui exprime qui tu es vraiment et il y a ce qui qui exprime qui tu n’es pas en réalité. Puisse-tu à chaque instant exprimer qui tu es vraiment, l’être le plus vivant possible. Ta vie n’est rien d’autre que la vie qui s’écoule en toi. Vouloir être plus ceci ou moins cela, c’est tout simplement refuser qui tu es et lutter contre la vie en toi. Il n’y a rien à contrôler en réalité puisque tout est parfait. Fais simplement ce qui est à faire chaque jour, dans la douceur et l’amour de toi. Le Christ en toi, c’est la connexion profonde au souffle divin qui est en toi. C’est tout.