C’est avec le sourire aux lèvres que je viens de terminer le dernier livre de Laurent Gounelle, Et tu trouveras le trésor qui dort en toi.

 

En fait, il s’agit d’une relecture puisque je l’avais déjà lu au moment de sa sortie et je l’avais dévoré parce que l’intrigue est fort bien menée et nous invite à connaître le dénouement de l’histoire.

 

Ce qui m’a le plus parlé, c’est que l’auteur, à travers le cheminement de ses protagonistes, développe une idée chère à mon coeur : le fait de lier développement personnel ET spiritualité.

 

A mon sens, l’un ne va pas sans l’autre. 

 

Qu’apporte le développement personnel et sur quelles sphères agit-il ?

En regardant les expériences désagréables que je fais en me positionnant depuis l’espace de liberté résidant entre le stimulus et la réponse que j’y apporte, je gagne en liberté. C’est une approche de vivre sa vie qui est celle du développement personnel. Je fais l’analyse de ce que je veux vivre et ne pas vivre et je mets en oeuvre consciemment ce qui est nécessaire pour ne plus revivre ce qui ne me plait pas et pour vivre le plus possible ce qui me convient. Ce faisant, j’honore mon être chair, mon être de matière et ce qui me permet d’en faire l’expérience, ma dimension mentale.

 

Qu’apporte la spiritualité et sur quelles sphères agit-elle ?

La dimension spirituelle part du principe que non seulement il existe « autre chose » que cette dimension physique et matérielle dont je viens de parler, mais cela va même plus loin comme l’explique Pierre Theilhard de Chardin : c’est ce que nous sommes en réalité. Nous avons un corps (dimension matière) ET nous sommes Esprit (dimension spirituelle). A charge à moi d’honorer également cette dimension de qui je suis. C’est ce qu’offre le fait de se vivre en tant qu’être spirituel, ce qui est encore différent d’avoir des pratiques spirituelles. A mon sens, il ne suffit pas d’avoir des pratiques spirituelles pour honorer cette fameuse dimension spirituelle. 

 

Il s’agit de vivre au quotidien cet « autre autre chose », ce champ d’énergie dont nous parlent les physiciens quantiques, ce Dieu qui est en tout et partout, se compose du tout et compose le tout. Nous aurons bien sûr l’occasion de revenir sur ces notions et sur ce qu’implique le fait de se vivre en tant qu’être spirituel.

 

Pour l’heur, vous comprenez sans doute pourquoi  à mon sens l’un ne va pas sans l’autre : développement personnel et spiritualité sont un peu comme les 2 jambes sur lesquelles il nous faut nous appuyer pour marcher, les deux allant de concert pour assurer notre marche.

 

 

A faire du développement personnel sans approche spirituelle, on risque à terme de rester dans le mental et même pire, de se faire du mal à soi-même. Pourquoi est-ce que je dis ça ? Parce que quand on fait du développement personnel, c’est parce que l’on n’est pas satisfait, qu’on veut devenir meilleur. Quelque part, on se bat contre soi-même et s’envoie à soi-même le message suivant : « je ne m’aime pas », puisque je n’accepte pas qui je suis dans l’ici et maintenant. 

 

Ensuite, dans le développement personnel, on a des objectifs et on cherche à les atteindre. Mais on ne prend pas en compte cette autre dimension qui est le flux de la vie (que j’appelle Dieu). On risque donc au final de passer complètement à côté de sa vie…

 

A rester dans le spirituel sans l’associer à du développement personnel, c’est le risque de naviguer dans les hautes sphères, de passer de merveilleux moments en prière et en méditation (ce qui est très agréable bien sûr) mais d’être incapable de vivre un quotidien matériel agréable.

 

Vous comprendre sans doute mieux maintenant pourquoi ma devise personnelle est « les pieds sur Terre, la tête dans les étoiles » et que j’ai mienne la phrase de Pierre Teilhard de Chardin « Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle, nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine. »

 

Cela signifie que nous sommes des êtres spirituels. C’est une de nos dimensions, au même titre que notre dimension terrestre, physique, que nous pouvons facilement observer par nos sens : notre corps, par l’intermédiaire duquel nous faisons des expériences dans le monde de la matière, les sensations. Une autre de nos dimensions est notre mental : nous faisons l’analyse de nos sensations, nous ressentons des émotions et nous les analysons avec ce mental. Nous choisissons alors la réponse à apporter aux sensations et aux émotions que nous ressentons. Nous avons aussi notre dimension spirituelle. Elle est plus difficile à percevoir car nous n’en faisons pas immédiatement l’expérience comme c’est le cas avec les sensations et les émotions. Il est souvent nécessaire d’aller à sa recherche ou à tout le moins, de se mettre à son écoute, de manière consciente. Et pour cela, il nous faut pour cela arrêter le bavardage de notre mental qui nous occupe sans cesse, et cessez de « gérer » ou plutôt cesser de se laisser gérer par la multiplicité de nos pensées et de nos actions. Le temps de véritable Présence qui est souvent nécessaire à la conscience de cet « autre chose » est également une véritable gageure dans notre société qui regorge de sollicitations extérieures (information, loisir, consommation, moyens de communication, réseaux sociaux…).

 

Avec une approche spirituelle profondément intégrée, l’être humain peut mettre ces deux caractéristiques principales, terrestre et divine, au service de sa vie, au service d’une vie à la fois plaisante, joyeuse et plein de sens. Il peut décider de faire de ses expériences dans le monde de la matière une source de plaisir (dimension du corps), une source de joie (dimension du coeur) et une source de sens (dimension spirituelle). 

 

Pour résumer et conclure, se vivre en tant qu’être spirituel, c’est se vivre en tant qu’être humain, en satisfaisant toutes ses dimensions : le corps, le coeur, le mental et l’esprit.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *