Depuis quelques mois, nos vies ont fortement changé, n’est-ce pas ?

Alors bien sûr, on peut pester sur ce qu’il se passe à l’extérieur et trouver nos propres solutions pour vivre ce qui nous est imposé « le moins mal possible ».

Mais je pense que les changements qui sont en cours sont une alerte pour chacun d’entre nous, et pour l’humanité toute entière. Nous sommes invités à ne plus chercher à l’extérieur la source de nos bonheurs, mais bien à guérir à l’intérieur tout ce qui nous empêche de ressentir intensément la jubilation à vivre, de se vivre comme des êtres d’amour, de profiter de l’abondance naturelle de la vie.

En Occident tout particulièrement, nous sommes devenus des champions du matérialisme. Et pourtant, les études en psychologie positive montrent qu’au delà d’un certain seul de confort matériel (atteint à la fin des années 70 chez la plupart des gens : eau courante, chauffage central, machine à laver, réfrigérateur, nourriture facilement accessible…), le niveau de bonheur n’augmente plus.

 

Le temps est venu d’affronter nos parts d’ombre, de regarder nos propres démons droit dans les yeux, de les soigner et de les transmuter.

 

Le temps est venu de regarder notre lumière briller, de laisser nos talents s’exprimer, de laisser l’amour que nous sommes nous transcender et se diffuser en chacun et partout.

Dans les jours qui s’en viennent, c’est particulièrement un bon moment pour effectuer ce double mouvement : regarder nos ombres et regarder notre lumière.

Pourquoi cela ?

Parce que le 1er décembre exactement, nous débutons une période de l’année tout à fait particulière… C’est le premier jour de la période de l’Avent dans le calendrier chrétien, une période d’introspection pendant les nuits les plus longues de l’années, une période pour se préparer à accueillir le Christ en soi.

Mais il n’y a pas que les chrétiens qui accordent une telle importance à cette période de l’année : les Romains organisaient à cette date les Saturnales, de grandes réjouissances populaires et pendant lesquelles on décorait les maisons avec du houx et du gui et on offrait aussi des cadeaux aux enfants. Vous avez aussi la fête germano-scandinave de Yule, pendant laquelle on faisait des sacrifices pour appeler la bénédiction des dieux sur les récoltes à venir. Dans l’antiquité tardive, on fête également le dies natalis solis invictus, c’est à dire le jour de naissance du Soleil : le solstice d’hiver célébrant ainsi le retour du soleil avec les jours qui commencent à rallonger.

 

 

C’est pour cela qu’à partir de mardi, je vous offrirai un accompagnement spécifique au temps de l’Avent.

Chaque jour, je vous proposerai une thématique à aborder, conscientiser, regarder, comprendre, aimer et guérir. Et je vous inviterai à explorer cette thématique avec :

– une huile essentielle

– une prière

– une action

Dès lundi, je vous transmettrai le programme complet de cet accompagnement, qui sera bien évidemment gratuit.

Je vous souhaite un excellent week-end.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *