Pour faire suite à l’article d’hier, clarifions encore ces 3 notions : envies, désirs, besoins.

Trois mots qui recouvrent des réalités bien différentes… J’entends souvent parler des deux premiers en opposition, lors de mes consultations ou des stages que je donne. Et je me suis aperçue, lors d’un stage, qu’ils étaient totalement subjectifs. 

De manière très anecdotique, j’écoutais les travaux en sous-groupe des participants à un de mes stages la Corne d’Abondance. Dans le premier sous-groupe, une jeune femme disait qu’elle arrivait toujours à trouver de l’argent pour ses «besoins», comme d’aller se faire épiler chez l’esthéticienne, par exemple. Elle trouvait que ça c’était «normal», qu’il n’y avait pas à revenir dessus, mais que pour ses «envies», c’était plus compliqué. Quand je passe dans l’autre sous-groupe, je découvre très amusée qu’on parle du même sujet, l’épilation, mais  pas dans les mêmes termes : dans ce deuxième sous-groupe, c’est aussi une jeune femme qui parle, et elle aussi elle a de l’argent pour ses besoins, mais pas pour ses envies, comme aller se faire épiler chez l’esthéticienne, par exemple. Donc la difficulté ne se situe pas dans le fait d’avoir ou pas de l’argent pour ses épilations, mais bien pour ses envies. 

C’est comme si nous avions des besoins, légitimes, pour lesquels ont trouve les ressources, et des envies, qui sonneraient comme un truc superflu. Le problème réside dans le fait que ce statut de «besoin» et ce statut de «envie» sont totalement subjectifs. Voici donc la clé pour obtenir ce que vous souhaitez. Rendre vos envies légitimes, faire passez tout ce que vous désirez dans la catégorie «besoin». Et quand vous regardez bien, c’est le cas. Car pourquoi ressentez-vous du désir ? Vos désirs, besoins ou envies, sont l’émanation de votre être profond, de qui vous êtes vraiment. Bien évidemment, on pourrait dire que la société ne consommation exacerbe nos désirs et fausse ce mécanisme en offrant de multiples sollicitations. Eh bien, justement, c’est une invitation à clarifier ce que sont nos désirs réels, à revenir en nous écouter ce qui émane de nous, de notre être profond. Et alors, il n’y a plus lieu de faire la distinction entre besoin et envie. Tout est légitime, parce que c’est de nous qu’il s’agit.

Et maintenant, pourquoi croyez-vous que vous avez des désirs ? Pour être frustré ou pour faire l’expérience de les satisfaire ? Ici, tout est une question de philosophie de vie… Que croyez-vous de la vie ? A quoi sert-elle ? A faire l’expérience du monde de la matière ou à vivre la frustration grandeur nature ? Pour moi, quand nos désirs sont l’expression de qui on est, alors c’est qu’on a la possibilité de les manifester. Car je ne crois pas que la Vie dans son principe créateur soit cruelle et qu’un désir naisse en nous sans son pendant, c’est-à-dire la capacité de le satisfaire.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *