Avant-hier je vous partageais que j’avais passé plusieurs jours en grande difficulté émotionnelle, alternant entre colère et peur, incapable de rester dans ma lumière, incapable de ressentir la gratitude et l’amour que je ressens d’habitude.

J’avais l’impression de m’enfoncer dans une dépression, comme cela m’est déjà arrivé par le passé et je ne voyais pas comment j’allais m’en sortir.

Intellectuellement, je sais bien que c’est en alimentant l’ombre qu’on la crée – vu que c’est ce que j’enseigne depuis des années.

Mais j’étais comme « submergée », incapable d’autre chose que de pleurer et d’alimenter mes peurs et ma colère en me gavant d’informations anxiogènes.

Malgré cela, une partie de moi devait quand même à l’affût de ce qui pouvait me permettre d’en sortir.

Car au détour d’une conversation avec mon amie Maryline Leprince sur ce sujet, elle m’a rappelé un petit truc. Un tout petit truc, mais qui a eu un énorme effet levier.

Dans mon thème natal, le noeud nord est en Scorpion. Cela signifie que je suis une personne qui est là pour faire un travail d’introspection dans les profondeurs de l’âme humaine, une personne animée par l’envie de comprendre l’incompréhensible, une personne qui va plonger dans la boue de nos émotions, pour mieux les transcender.

Alors c’est exactement ce que j’ai fait.

Je suis allée voir en moi ce qui me faisait autant mal dans le fait de devoir porter un masque pour faire des trucs aussi simples que faire mes courses ou aller à la poste. Ce qui me faisait aussi mal dans le fait de laisser aller mon fils au lycée avec un masque (je lui ai proposé de suivre sa scolarité à la maison mais il préfère être avec ses copains, quitte à porter un masque). Ce qui me faisait aussi mal de voir tant de parents accepter ça pour leur enfant. Ce qui me faisait aussi mal dans le fait de ne plus voir le visage des gens. Ce qui me faisait aussi mal dans la fatalité, la résignation et la soumission ambiante.

 

 

Et en allant à la rencontre de ma douleur, en acceptant d’aller la regarder, sans jugement, sans fard, sans essayer de la minimiser, de la refouler, de vouloir autre chose, en lui laissant toute la place, en me laissant hurler de rage et d’impuissance, en me laissant pleurer de peur pendant des heures, j’ai accédé à quelques pépites.

La première, c’est cette vidéo d’Armelle Six, que je vous partage ici (c’est une vidéo FB, je ne sais pas si vous pourrez la regarder à moins d’aller sur ce réseau social, mais c’est le seul endroit où elle est visible).

Avec cette vidéo, j’ai compris. J’ai compris que je ne devais pas seulement faire ce travail pour moi. Mais aussi aller interroger, comme je le fais d’habitude, ce que la période actuelle nous invite, individuellement et collectivement, à comprendre, conscientiser, changer, transcender, créer…

Alors on va se retrouver dans les jours qui viennent, pour des newsletters encore plus « engagées » que par le passé.

Nous avons rendez-vous avec l’amour et la lumière. Maintenant.

Je ne sais pas vous, mais moi j’y serai.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *