Avez-vous un plan de route flexible ?

On a beau prévoir des tas de choses avec notre mental, des plans bien huilés, qui tiennent la route, qui devraient fonctionner à la perfection, il arrive que la vie nous montre que c’est tout autre chose qui est bon pour nous. La vie, avec ses imprévus, ses sautes d’humeur et ses clins d’oeil, nous remet dans le droit chemin. Elle nous permet de nous relier à cette partie de nous que nous n’écoutons pas toujours, mais qui sait ce qu’est notre réel chemin, un chemin souvent en dehors de sentiers battus, qui peut nous faire peur ou nous décourager.

Cette partie de nous, certains l’appellent âme, moi je l’appelle esprit, on peut aussi parler de l’étincelle de Dieu en nous, c’est à la fois ce vers quoi nous allons pour mieux nous réaliser mais aussi ce à travers qui on doit passer, pour devenir capables d’exister vraiment, de manifester notre potentiel et d’aider l’humanité à rayonner. C’est cette partie de nous qui nous rend pleinement humain, c’est-à-dire des êtres spirituels incarnés dans la matière pour faire des expériences. Des tas d’expériences. Pour choisir lesquelles nous plaisent et lesquelles ne nous plaisent pas. Pour ensuite décider lesquelles ont veut reproduire et lesquelles on veut laisser derrière nous parce que vraiment, ça ne nous plait pas.

D’où l’importance d’avoir une direction claire et un plan de route flexible.

La direction claire, c’est le « ce que j’ai prévu ». Le plan de route flexible c’est suivre la vie, suivre le « ce qui arrive ». Les deux ont la même valeur et sont comme les deux plateaux d’une balance qui nous permettent de nous équilibrer au final. De trouver la voie du milieu, le parfait alignement. La direction claire nous permet de nous mettre en route, de nous mettre en marche car c’est là que la vie peut alors nous montrer si nous faisons fausse route ou si nous allons dans la bonne direction. Notre mental est notre meilleur allié pour définir cette direction. Si nous décidons pas d’une direction, nous sommes alors dans le laisser-faire (et non dans le lâcher-prise) et nous devenons le jouet de la vie au lieu de jouer avec elle.

Une fois que cette décision claire est prise (je veux aller vers ça), il s’agit d’exercer notre vigilance, de repérer le flux de la vie : ce qui cherche à se manifester à travers moi, ce qui a tendance à se produire et ce qui a tendance à ne pas se produire. Voir « ce qui arrive » dans la vie, c’est s’entrainer à observer ce que la vie cherche à nous dire à travers les messages, les synchronicités, les confluences, mais aussi les blocages, les retards, les déconvenues. Cela demande beaucoup de conscience, mais surtout de nous en remettre avec joie et confiance à quelque chose de plus grand que vous : abandonner ce que le mental croit être bon pour nous au profit de ce que Dieu cherche à manifester (ou à ne pas manifester) à travers nous.

C’est alors qu’on peut danser avec la vie pour notre plus grand bonheur et aller vers la réalisation de notre mission de vie. La direction, c’est la mission de vie. Le plan de route flexible, c’est rester ouvert à la manière de la mettre en oeuvres. Pour moi, les modalités de mise en oeuvre de sa mission de vie peuvent êtes multiples et évoluer au fil des jours, en même temps que nous. Gardez votre cap et soyez à l’écoute : la vie va vous montrer le meilleur chemin pour arriver à destination. Peut-être pas le plus court, peut-être pas le plus facile, mais sans nul doute le plus enrichissant, celui qui jalonné des apprentissages les plus adaptés pour vous.

Je vous souhaite de merveilleux moments, à l’écoute de ce que la vie vous répond, quand vous prévoyez quelque chose.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *