nous avons besoin que notre vie ait du sens

 

Le burn-out dont on entend de plus en plus parler, qu’il soit professionnel ou maternel, est bien le signe d’une société à la fois en panne et en quête de sens. Que ce phénomène s’accroisse ou bien qu’il devienne plus visible (avant on appelait ça dépression), le plus important pour moi n’est pas là, mais bien plutôt d’aller voir de quoi ce symptôme nous parle exactement. Il nous parle en effet de cette sensation d’être vivant sans raison de vivre. C’est la maladie d’une personne qui ne sait pas pour quoi elle est là. Ici je détache volontairement le mot « pourquoi », tout comme je le détache dans ma phrase d’accroche (vous aider à mettre au monde ce pour quoi vous êtes faite), pour mettre l’accent sur l’idée qu’il y a derrière : « dans quel but je suis là ? ».

 

Cela s’appelle le sens de la vie. On peut lui donner d’autres noms : mission de vie, raison d’être, direction de vie, philosophie de vie, le besoin est celui du sens. Pour exister pleinement, et non pas simplement maintenir mon corps en vie et fonctionner psychiquement, j’ai besoin que ma vie ait du sens. J’ai besoin d’avoir une raison de vivre, quelle qu’elle soit. Nous sommes uniques et cette réponse sera différente pour chacun : certains mettront l’accent sur le professionnel, d’autres sur la famille, d’autres sur la création, d’autres sur leur lien avec la nature, d’autres dans le service à autrui… L’important est d’en avoir une.

 

C’est la raison pour laquelle je préfère l’expression donner du sens à sa vie plutôt que trouver du sens. Trouver indique qu’un sens défini pré-existerait, que j’aurais une mission de vie écrite quelque part et que je devrais m’y conformer. Pour ma part, je pense plutôt que ce besoin de sens se rapporte à notre liberté : puisque je suis un être humain doté du libre-arbitre, c’est à moi de décider quel sens je donne à ma vie, en fonction de ce qui me rend pleinement vivant.

 

Que la vie en elle-même ait un sens ou pas, je n’en sais rien. Je n’ai aucun moyen de le prouver, ni de prouver son contraire d’ailleurs. Peut-être que la vie n’a aucun sens. Peut-être que tout ce à quoi je crois (et que j’écris) n’existe absolument pas. Peut-être que dans 10 ans je vous dirai « ce que j’écrivais il y a 10 ans c’était du grand n’importe quoi ». Mais en tout cas, depuis que j’ai une philosophie de vie claire et une mission de vie claire, qu’est-ce que je me sens bien dans ma vie. Tout ce que je vis fais sens et je fais mes choix de vie en fonction de cette boussole que constituent ma philosophie de vie et ma mission de vie. C’est profondément nourrissant et réjouissant. C’est tout ce dont je peux témoigner.

 

Je ne peux donc que vous inviter à vous poser cette question fondamentale de la philosophie de vie et de la mission de vie. Sachant qu’après, les modalités pour mettre en oeuvre cette philosophie et cette mission sont multiples et évolutives. C’est l’idée d’avoir une direction claire et un plan de route flexible. Une fois que vous avez votre direction claire, vous aurez forcément une idée de comment y aller. Mais je vous invite à ne pas rester butée sur celle-ci. Il y a x façons d’aller à Rome : en avion, en train, en voiture, en vélo, à pied. Si on choisit la voiture, on peut prendre sa voiture (si on en a une), en louer une, s’en faire prêter une, faire du covoiturage, faire du stop. A moi de suivre le flux de la vie, à moi d’observer quel chemin et quel moyen de transport me sont les à la fois les plus adaptés et sont les plus fluides à mettre en place.

 

Les modalités pour mettre en oeuvre votre mission de vie doivent donc être à la fois claires et évolutives. Evolutives ça veut dire qu’elles changent. Mais chaque fois qu’elles changent, il est nécessaires de les clarifier pour les rendre intelligibles, compréhensibles et visibles. Qu’est-ce que ça signifie ? Que je sais les résumer de manière claire en une ou deux phrases, que je suis capable de dire quand on me pose la question. Si j’avais dans l’idée d’aller à Rome en avion mais que ça ne se produit pas et que c’est plutôt la voiture qui semble la plus approprié, c’est important de décider consciemment de retenir la voiture, de s’approprier ce choix et de l’énoncer clairement.

 

Ce travail sur le sens de sa vie est pour moi le socle du bonheur. Et c’est vous qui en êtes le maître : décidez de votre vision de la vie, décidez la mission de vie que vous vous donnez et les modalités que vous choisissez pour la mettre en oeuvre. Encore une fois, ne vous bloquez pas sur les termes « direction de vie » ou « mission de vie » ou autre, n’essayez pas de vous dire « comment ça doit être rédigé une mission de vie », est-ce que c’est ça ou autre chose la mission de vie ? L’important c’est que ça vous parle. L’important c’est que ça vous donne envie de sauter de joie. L’important c’est que ça vous éclate. L’important c’est que la phrase que vous allez écrire vous donne envie de vous lever le matin. L’important est que votre formulation vous donne une raison de vivre…

 

Bonne réflexion !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *