La recette du succès n'est pas celle que vous croyez

 

Comme hier, j’y vois encore une magnifique illustration de l’idée de « suivre le flux de la vie », mais associée cette fois-ci à l’idée de « manifester son potentiel ». Pour entrer dans le secret de la vie, il faut d’abord se donner à elle. Ou encore : ne vous demandez pas ce que la vie peut faire pour vous, demandez-vous plutôt ce que vous pouvez faire pour la vie. En effet, on a souvent tendance à prendre la position de victime : « tu ne sais pas ce qu’il m’a fait ? », ou face à une grosse facture inattendue on se dit « mais c’est pas possible ! », ou encore si on vit un accident de voiture « qu’est-ce que j’ai fait pour que ça m’arrive ? ». J’aurais plutôt envie de dire : « mais qu’est-ce que je n’ai pas fait ? ».

 

Qu’est-ce qui fait que je me considère comme un jouet de la vie au lieu de jouer, moi, au jeu de la vie ?

 

Si on veut faire une alliée de la vie, il est d’abord nécessaire de l’accueillir, avec joie, enthousiasme, présence, jubilation. Puis la vivre, pleinement, la vibrer, à fond. Et puis lui offrir le meilleur de qui on est, toujours avec l’entièreté de son être. J’observe ce que la vie cherche à manifester à travers moi et je décide de suivre cette direction, tout en y mettant ma pâte. Comme Marie a su accueillir le fils de Dieu dans son ventre, avec la confiance absolue que c’était ce qu’elle avait à faire, malgré les circonstances qui pouvaient apparaître défavorables, nous pouvons nous mettre à l’écoute de ce que Dieu a prévu pour nous et nous en emparer. C’est alors que tout se réorganisera pour vous offrir le meilleur : Marie était célibataire et Joseph et arrivé. Soyez fermement convaincue que lorsque vous aurez décidé de mettre au monde ce pour quoi vous êtes vraiment faite, l’univers entier se réalignera pour offrir les plus belles conditions de vie à ce « bébé ».

 

Ne vous trompez pas de chemin. N’écoutez pas ce que les autres prévoient pour vous. Connaissez vous le regret n°1 des personnes en fin de vie ? « J’aurais aimé avoir le courage de vivre ma vie telle que je le voulais et non pas comme les autres voulaient qu’elle soit ». Rangez au placard les idées toutes faites, qui sortent de votre intellect et non pas de votre coeur. Celles du style « je veux aider les autres, je vais devenir thérapeute » ou bien « je ne me sens pas à l’aise dans cette société, je vais être artiste ». Cherchez votre voie, la vôtre, celle que personne d’autre que vous ne saura suivre, juste parce que vous êtes vous et que vous êtes unique. Mettez vous enfin à l’écoute du divin qui est en vous, allez sentir tout au fond de vous ce que la vie cherche à manifester à travers vous de manière tout à fait originale. Emparez-vous en, cuisinez-le à votre sauce, sublimez-le avec qui vous êtes, décorez-le avec vos feutres et vos paillettes, et réalisez la destinée de leur coeur.

 

Pour recevoir, il faut d’abord donner. Ou plus exactement il faut savoir offrir, se donner. Offrir, c’est proposer qui on est et l’autre a la liberté de prendre ou de ne pas prendre. C’est à vous de vous donner corps et âme à la vie et celle-ci viendra comme en écho vous couvrir de tous ses innombrables cadeaux. Cela me fait penser à ce qu’écrit Napoleon Hill dans Réfléchissez et devenez riche : si on vous donne le secret de l’Abondance, vous serez de toute façon incapable de l’appliquer. Tandis que si vous le cherchez vous-même, vous l’incarnerez à tel point que l’Abondance deviendra une réalité pour vous sans même que vous vous rendiez compte que c’est le fait même de la chercher qui vous l’a apportée sur un plateau. Le secret de la vie c’est la même chose : plus chercherez à l’incarner, plus elle s’invitera en vous et vous en offrira le meilleur.

 

Je vous souhaite une jolie quête.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *