Chose promise, chose due !

 

Ou plutôt 2 choses promises, 2 choses dues !

 

La première, c’est la suite des 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent, dont j’ai commencé à vous parler lundi.

 

La deuxième, c’est la date de notre soirée de guidance !

 

Ce jeudi 26 août 2021 à 20h, je vous propose une soirée questions-réponses à partir de l’Oracle de Marie et des cartes Les chemins de Qumran et au cours de laquelle je canaliserai Marie afin qu’elle nous guide et nous éclaire de sa lumière.

 

Au cours de cette soirée, vous pourrez me poser toutes les questions que vous voulez et obtenir des réponses, que ce soit à propos de vous ou bien à propos de ce que le contexte actuel cherche à nous délivrer comme message, de ce que nous sommes invités à conscientiser en ce moment.

 

Réservez bien votre soirée de demain (ce sera à 20h, je vous enverrai le lien de connexion demain vers 18h et un rappel à 19h45 pour que vous ne manquiez pas cet événement exceptionnel).

 

En attendant, voici la deuxième des 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent, réflexion issue de l’ouvrage de Stephen Covey.

 

Habitude n°2 : « Sachez dès le départ où vous voulez aller »

Cette 2ème habitude découle de la précédente.

Si l’on regarde bien, l’habitude 1 nous dit « vous êtes le créateur », et l’habitude 2 devint donc notre création, ce que nous faisons de notre pouvoir créateur.

 

Pour faire de votre vie votre création, il vous appartient de redéfinir les références et les critères qui constitueront votre nouveau filtre, le nouveau paradigme conscient selon lequel vous souhaitez vivre.

 

« Comme nos vies seraient différentes si nous savions ce qui nous tient à coeur et si, cette image en tête, nous nous attachions à être et à faire ce qu’il nous importe vraiment d’être ou de faire » nous dit Stephen Covey.

 

En réfléchissant consciencieusement à ce que vous désireriez que l’on dise de vous à votre enterrement, comme je vous le propose dans l’exercice ci-dessous, vous découvririez votre définition d’une vie réussie.

 

C’est en partant de cette vision de la fin de votre vie que vous pouvez rédiger ce que l’auteur appelle un « énoncé de mission personnelle ». Cet énoncé ressemble en quelque sorte à la constitution d’un pays c’est-à-dire qu’il représente non seulement le cadre dans lequel sont élaborées les lois, mais aussi la référence suprême qui permet surmonter les difficultés.

 

Vous pourrez prendre vos décisions en fonction de ce cadre, de ce crédo personnel exprimant à la fois ce que vous voulez être et ce que vous voulez faire.

 

En gardant cette fin à l’esprit, vous êtes sûr.e que rien dans vos actions quotidiennes ne transgressera les critères définis comme étant d’une importance supérieure, et que chaque jour de votre vie contribuera de façon significative à concrétiser la vision que vous avez de votre vie dans son ensemble.

 

Réfléchir de cette manière va vous permettre également de repérer quels sont vos comportements erronés, dans le sens de « ceux qui ne servent pas votre idéal ».

 

Et à partir de là, chaque fragment de votre vie, votre comportement d’aujourd’hui, d’hier, de demain, celui que vous adopterez dans un mois, ou dans un an, peut être étudié à la lumière de ce qui compte le plus pour vous. 

 

En développant la conscience du décalage qu’il y a entre votre vie actuelle et votre énoncé de mission personnelle, vous découvrirez quelles sont les zones à améliorer, quels sont les talents que vous devez développer, qu’est-ce qui a besoin d’être changé, voire éliminé de votre vie.

 

 

Peu à peu, vous commencerez chaque journée en ayant bien en tête toutes ces valeurs et cela donnera une coloration à tout ce que vous vivrez : vous ne réagirez plus aux événements de la vie en fonction de votre passé et de vos émotions, mais en fonction de ce que vous voulez créer pour votre avenir. De cette manière, vous serez véritablement pro-actif.

 

Exercice 

Imaginez que vous assistez à l’enterrement d’un être cher.  Vous arrivez sur les lieux, vous sortez de votre voiture. Vous vous rendez à l’église ou bien dans la chambre funéraire. Autour de vous, des gens dans la peine, bien sûr, mais vous sentez aussi communion qui lient ceux qui vivent une expérience émotionnelle commune forte. Devant vous se trouve le cercueil. Empli de tristesse et de respect vous vous dirigez vers ce cercueil, dans lequel se trouve le corps de la personne à qui vous êtes venu rendre un dernier hommage aujourd’hui. Vous vous penchez sur ce cercueil et c’est vous qui vous trouvez dedans. C’est à votre propre enterrement que vous êtes et c’est à vous que tous ces gens sont venus honorés, c’est ce qui les soude en ce moment. Vient le moment de l’éloge funèbre où vont prendre la parole des personnes pour qui vous avez compté, à quelque titre que ce soit. Il y aura quelqu’un de votre famille, un de vos amis, un de vos collègues, peut-être un de vos clients ou encore le membre d’une association dans laquelle vous avez été actif… Qu’est-ce que vous aimeriez qu’ils disent de vous ? Quelle conjoint avez-vous envie d’avoir été ? Quel père ou mère ? Quel frère ou quelle soeur ? Quel collègue, quel employé, quel patron, que fournisseur, quel client avez-vous envie d’avoir été ? Quel ami ? Donnez tour à tour la parole aux personnes que vous aimeriez voir parler de vous? Qu’aimeriez-vous qu’elles disent ? Qu’est-ce que vous souhaiteriez avoir apporté dans la vie de toutes ces personnes ? Quelle trace dans la société, aussi infime soit-elle aimeriez-vous avoir laissé ? Comment voulez-vous qu’on se souvienne de vous ? De quelles qualités, de quelles actions, de quels projets, de quelles manières d’être voulez-vous laisser le souvenir chez ces êtes chers ?

 

A partir de cette vision, prenez le temps de rédiger votre énoncé de mission personnel constitue l’axe  de votre philosophie de vie. Cela ne se fait pas en 10 minutes, ni même en une heure. Consacrez-y un peu de temps pendant quelques jours et relisez-le, jusqu’à ce que vous en soyez satisfait, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à jouter ni à enlever. Recopiez-le au propre et relisez-le régulièrement.

 

Cet énoncé représente en quelque sorte l’axe horizontal de votre philosophie de vie, ce qui concerne votre lien au monde de la matière.

 

Pour le compléter, il vous appartient aussi de définir l’axe vertical de votre philosophie de vie, c’est-à-dire tout ce qui concerne votre lien au monde de l’esprit. Vous pouvez le faire en vous référant à cet article.

 

A demain pour la suite (et le webinaire) !

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *