comment différencier acceptation et résignation ?

 

Hier soir, j’ai à nouveau vécu un moment difficile… Je me sentais triste, d’une tristesse infinie, presque désespérée. De plus, c’était comme si je me sentais « envahie de l’extérieur » par cette tristesse, comme si une chape de plomb était déversée sur moi, comme si ce mal-être venait de l’extérieur de moi. 

Bon je dois dire aussi qu’au dîner j’avais mangé plus que de raison et bu plus de vin que de coutume, comme si je cherchais à « remplir » un vide intérieur qui se manifestait déjà. C’était aussi un moyen de chercher de la détente que je ne trouvais pas autrement.

Je me suis à nouveau sentie comme au mois de juin, sans direction claire et débordée par tout ce que j’ai envie de faire.

Est venue aussi dans ma tête la question « à quoi bon tout ça ? » : pourquoi mettre autant d’énergie à essayer de faire dévier cette trajectoire de conditionnements ? Ne vaudrait-il pas mieux accepter ce qui se passe, finalement ? 

En écrivant ceci, je me rends compte qu’il ne s’agissait pas d’acceptation mais de résignation. La différence entre les deux peut être très ténue parfois, on peut facilement se croire dans l’acceptation alors qu’on est dans la résignation… Comment les différencier ?

J’ai fait une vidéo sur ce sujet il y a quelques temps, vous pouvez la regarder ici

Toujours en écrivant, je me rends compte aussi que ce « coup de mou » que j’ai vécu hier soir a très certainement beaucoup à voir avec ma lecture du moment (Devenir super conscient, de Joe Dispenza – au cas où l’information vous aurait échappé ;-) qui me transporte directement dans le champ de tous les possibles. Je sens que je m’apprête à vivre un truc énorme, un changement majeur comme j’en ai déjà vécu dans ma vie (lorsque j’ai repris une formation pour devenir praticienne en relation d’aide, lorsque j’ai décidé de développer mon activité sur le net, lorsque j’ai choisi d’expérimenter le nomadisme pendant un an et demi…), et que tout simplement, je résiste.

Pour m’aider à dépasser ce cap, je tire une nouvelle carte de l’Oracle de Marie : Notre Dame de l’Etoile naissante et je fais la prière de guérison proposée. 

En ouvrant les yeux, je remarque que le soleil qui arrive de ce côté-ci du chalet dessine une étoile à travers le feuillage. 

Je viens de passer un cap.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *