Après Conversation avec Dieu voici un autre très chouette livre pour vous, sur votre chemin d’évolution personnelle vers votre vraie vie ! C’est L’homme qui voulait être heureux, le best-seller de Laurent Gounelle.

 

Car comme vous peut-être aujourd’hui, le narrateur n’est pas heureux, il le sentait au fond de lui et c’est la rencontre inopinée avec un vieux guérisseur indonésien, à la faveur d’un séjour de vacances à Bali, qui le lui confirme. Et ce vieux guérisseur lui propose, pendant les quelques jours qui lui restent à passer sur l’île, de le guider sur le chemin du bonheur.

 

Sous le couvert d’un roman, c’est donc un véritable cours de développement personnel que Laurent Gounelle nous offre. Tout y est : qui on est vraiment, nos relations aux autres et en particulier la relation amoureuse, notre voie professionnelle… Et aussi, bien évidemment, tout un passage sur ce qu’est réellement l’argent, sa symbolique, sa place dans notre vie et de quoi il est révélateur de notre état d’esprit sur la vie en général.

 

Ce qui m’a plu dans ce livre, ce que l’auteur explique d’une façon très claire comment se mettent en places les croyances dans notre enfance, selon la manière dont nous avons interprété la réalité que nous vivions, avec les ressources dont nous disposions à l’époque, comment nous les avons généralisées parce nous n’avions pas le recul nécessaire pour nous dire : oui, mais ça ce n’est qu’une manière de penser, qu’une manière de voir la vie et il y en a plein d’autres.

 

Mais plus précisément, le personnage du roman nous montre comment ce que l’on croit crée notre réalité, comment nos attitudes et nos vibrations influencent ce que nous vivons et surtout comment nous le vivons. 

 

 

Bien écrit, facile et rapide à lire (on le dévore littéralement), ce petit livre n’a qu’un objectif : vous donner les clés d’une existence à la hauteur de vos rêves.

 

Un chouette cadeau à offrir et à s’offrir ! 

J’étais en formation à Bruxelles et un soir de pas trop la pêche, une amie poste sur FB le lien permettant de visionner le film Conversations avec Dieu. Curieuse et avec l’envie de rien, je me dis : pourquoi pas regarder ? Ce que je fais donc.

 

Bon, je vous l’accorde, le début est un peu longuet, vous comprendrez pourquoi plus bas… Mais de toute façon, je n’avais rien de mieux à faire. Alors j’ai regardé jusqu’au bout et j’ai compris pourquoi la vie m’avait guidée vers ce film, ou plus exactement vers le message qu’il délivre ! A cette époque, j’avais beau me débattre avec mes croyances disharmonieuses et multiplier les consultations individuelles pour aller mieux, non seulement j’avais l’impression de ne plus trop avancer dans ma vie mais en plus j’avais la sensation de m’épuiser. A la fin du film, je l’ai compris comme une évidence… Il manquait une dimension à ma vie : l’Amour. Pas l’amour-relation de couple, pas l’amour-bisous-bisous, pas l’amour-tout-le-monde-il-est-beau-tout-le-monde-il-est-gentil, mais l’amour de la création, l’amour de la vie. L’amour de Dieu en réalité. 

 

C’est là le secret : l’Amour, la réponse à toutes les questions que l’on se pose. Etre dans cette vibration d’amour, pour toute chose et en toute chose.

 

Conversations avec Dieu raconte l’histoire de Neale Donald Walsch, l’auteur du fameux livre (ou plus exactement de la trilogie) du même nom. Et au début, ça ne va pas trop bien pour lui : suite à un accident de voiture, il porte une minerve et de ce fait, a du mal à trouver du travail (aux Etats-Unis, ce sont les employeurs qui paient l’assurance-santé directement, ils hésitent donc à embaucher des personnnes «à risque»). Il perd son appartement et se retrouve à vivre dans un terrain de camping, dans une tente, au milieu d’autres personnes tout aussi infortunées que lui. On assiste à sa descente aux enfers : le froid, la faim, la souffrance… Et puis un jour il décide «qu’il ne va pas mourir dans ce terrain de camping» et il reprend sa vie en main : il ôte sa minerve, trouve du travail, retrouve une maison, rencontre une jeune femme… 

 

Et tout à coup, patatras, à nouveau tout « fout le camp » : la radio où il travaillait ferme, la jeune femme qu’il a rencontré n’est pas intéressée… Car cette volonté avec laquelle il avait remonté la pente est une volonté de lutte, et ça, ça ne fonctionne pas car ce n’est pas une dynamique de création véritable, ce n’est pas la vie, c’est la survie ou même plutôt la non-mort. Et donc, il se re-casse la figure : plus de boulot, plus d’espoir de couple. 

 

Neale prend alors son bloc-notes et demande (à Dieu) : mais que faut-il faire pour que ça marche ? Et Dieu lui répond ! S’ensuit un dialogue sur tout et rien, sur la vie et toutes ses dimensions, qui rencontre le succès que l’on sait aujourd’hui.

 

Dans les jours qui ont suivi, je me suis précipitée sur le premier, puis le deuxième, puis le troisième tome de Conversations avec Dieu. Je les ai littéralement dévorés, l’un après l’autre, non seulement parce qu’ils étanchaient ma soif de sens, qu’ils répondaient clairement à des questions que je me posais ou qu’ils mettaient en mots des choses que je savais intuitivement, mais surtout parce que je savais qu’ils constituaient des bases solides pour me guider dans la vie. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je les ai relus plus attentivement et plus lentement quelques mois après, pour asseoir pleinement ma philosophie de vie.

 

 

C’est ici que j’ai trouvé une des clés supplémentaires qui donnaient du sens à ma vie, au-delà de tout mon travail de développement personnel. S’il est important de se fixer des objectifs, que ce soit pour sortir d’un train-train quotidien qui ne nous fait pas (ou plus) vibrer ou se créer une vie qui nous ressemble vraiment, il est fondamental que ces différents objectifs aillent tous dans la même direction, suivent tous une même ligne directrice, un fil rouge clairement identifié et identifiable.

 

Pour vous éclairer sur ce que peut être une philosophie de vie, voici l’extrait d’un article que j’ai trouvé sur le net à l’occasion de la nouvelle année. «  Les bouddhistes ne prennent pas de résolutions à la nouvelle année, c’est une coutume typiquement occidentale. J’aime le bouddhisme, les gens qui le pratiquent sont ouverts d’esprit et suivent une philosophie de vie qui apporte des résultats plus profonds que par de simples résolutions. Et si au lieu de prendre des résolutions nous nous attachions à suivre une philosophie de vie ? Les meilleurs résultats viennent avant tout d’une attitude envers la vie. Il ne s’agit pas de religion ou de foi, il s’agit d’avoir des résultats dans les aspects du business, dans son style de vie, avoir un plus grand impact, mieux contribuer, toucher plus de gens, gagner plus d’argent, avoir plus de satisfaction dans sa vie, plus de signification. Arrêter de fumer n’est pas une philosophie de vie, payer ses dettes non plus, trouver un meilleur travail non plus. Toutes décisions sont très bien, mais si vous voulez avoir des résultats plus profonds, ce dont vous avez besoin c’est d’une philosophie de vie. »

 

Je vous souhaite un excellent moment de découverte, que ce soit avec les livres ou le film, ou les deux, mais surtout, de mettre l’Amour au centre de votre vie.

 

Pour voir le film, cliquez ici.

Je vous parlais hier de gratitude et je voudrais absolument vous parler d’un livre qui m’aide énormément dans cette démarche. Il s’agit de La Tresse, écrit par Laetitia Colombani.

 

Voici comment j’ai fait la découverte de ce trésor.

 

Un simple post sur FB. Qui m’interpelle au plus profond de mon corps. Le visuel et le titre. Je fais une tresse à ma fille chaque matin, c’est sans doute pour ça. Mais de quel message ce livre est-il porteur, pour que sa vue me touche ainsi ?

 

Smita. Jeune mère de famille intouchable, son histoire nous fait (re)découvrir la terrible réalité du quotidien des femmes en Inde, bien loin des icônes politiques qui nous font oublier à quel point le « deuxième sexe » y est humilié, bafoué, nié dans son humanité même. Mais Smita refuse cette réalité et par amour pour sa fille tout autant que par respect pour elle-même, elle va braver les interdits de la société indienne.

Giulia. La vingtaine, elle a arrêté ses études à 16 ans pour travailler dans l’atelier de son père en Italie. Son avenir semble tout tracé, jusqu’à ce que le temps s’arrête, le jour où son père est victime d’un accident de la route. Et ce n’est pas tout : en cherchant un document dans le bureau de son père, elle découvre que l’entreprise familiale est au bord de la faillite.

Sarah. Brillante avocate canadienne, Sarah est une working girl qui a tout donné à son job. Sa carrière lui a coûté ses deux mariages et creuse chaque jour davantage une distance avec ses enfants. A la veille de la prestigieuse promotion pour laquelle elle a tant travaillé, la maladie vient contrarier ses plans.

 

Qu’ont-elles en commun ? C’est ce que vous allez découvrir au fil des pages de ce roman qui se lit comme on boit un verre d’eau fraîche par une chaude journée d’été : d’une traite. Sans doute parce qu’il vient étancher notre soif de vivre.

La tresse de Laetitia Colombani

 

Ce livre nous offre une magnifique leçon : quand nous prenons une décision d’amour, nous ne sommes pas les seuls à en bénéficier. Quelqu’un, quelque part dans le monde, en profite aussi, même si nous ne saurons sans doute jamais qui ni comment. Comme il est écrit dans le Talmud, « Celui qui sauve une vie sauve le monde entier ». Et celle qui, à l’image de Smita, sauve sa propre vie en en faisant une vie qui vaut la peine d’être vécue, redonne espoir à celles qui l’avaient perdu. 

 

La tresse me fait un peu penser aux romans de Laurent Gounelle. En plus subtil car moins didactique. Et du côté des femmes.

 

Si je voulais résumer sa portée en une phrase, je dirais que c’est un livre qui donne tout son sens à l’expression « frères et soeurs en humanité ». 

 

Mes chères soeurs, que La tresse fasse le tour du monde, qu’elle éveille nos coeurs et nos consciences, qu’elle réveille la partie de nous endormie qui nous entraine trop souvent accepter l’inacceptable. 

 

PS : quand je pense au quotidien que Smita a décidé de laisser derrière elle, je me sens pleine de gratitude pour ma vie et je remercie sincèrement de tout ce que la vie met à ma disposition.

Et si on jouait à un petit jeu aujourd’hui ? Oui, ça vous dit ? 

Alors voici les règles du jeu.

Il y a quelques jours, je parlai avec un ami des livres qui lui avaient permis de faire des déclics dans sa vie, de vraiment lui faire prendre une autre autre direction, vers plus de bonheur, de sens, de joie.

Et cela m’a donné envie d’en faire autant ! J’ai donc fait un retour en arrière et un tour dans ma bibliothèque en me demandant ceux qui m’avait le plus marquée,  ceux qui m’avaient fait prendre des décisions importantes… 

 

 

1. L’alchimiste, Paulo Coelho

Mon premier livre de développement personnel, celui qui m’a permis d’enclencher un chemin de développement personnel et spirituel.

 

2. Femmes qui courent avec les loups, Clarissa Pinkola Estés

Avec ce livre, j’ai découvert à quel point j’avais mis un couvercle sur tout ce qui m’était cher, à quel point, presque malgré moi, j’avais mis un couvercle sur qui j’étais pour me conformer à ce que l’on m’attendait de moi : études, travail, mariage… Suite à cette lecture, j’ai pris de grande décisions : créer ma première entreprise, divorcer, me former en développement personnel…

 

3. Le cercle de vie, Maud Séjournant

Quand ce livre m’est tombé entre les mains, je vivais une période très difficile, avec un choix important à faire et je n’arrivais pas à me décider. Grâce à la méthode contenue dans ce livre, j’ai fait une quête de vision et il m’a apporté une réponse complètement inattendue à ma question, une 3ème voie à laquelle je n’aurais jamais pensé.

 

4. La Science de l’enrichissement, Wallace D. Wattles

Le titre semble un peu racoleur (ainsi que la couverture du livre), mais il ne faut pas s’y fier. C’est un livre extrêmement spirituel, qui nous aide à contacter l’Unité en nous et à comprendre que nous la peur du manque est une construction du mental, alors que la Vie est en réalité Abondance.

 

5. Conversations avec Dieu, Neale Donald Walsh

Voici comment la vie m’a permis de me réconcilier avec l’idée de Dieu. C’est également ce livre qui m’a aidé à construire ma philosophie de vie. Je vous ai déjà parlé de cette notion et de son importance car il s’agit de se choisir une boussole spirituelle qui nous aide à garder le cap quoi qu’il arrive dans notre vie.

> Je consacre un article à ce livre, vous pouvez le lire en cliquant ici

 

6. Mange, prie, aime, Elizabeth Gilbert

Un roman qui se lit comme on boit du petit-lait, avec délectation ! Si la quête de son auteur est amusante et pleine de rebondissements, elle n’en n’est pas moins profonde et riche d’enseignements. Une belle manière également réfléchir à sa philosophie de vie.

 

7. Les 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent, Stephen Covey

Un programme extrêmement dense et profond, pour sortir définitivement du statut de victime, prendre sa vie en mains et devenir la meilleure version de vous-même, pour vous et pour les autres.

 

8. La trilogie de Kathleen Mc Gowan : Le livre de l’élue, Le livre de l’amour, le livre du  poète

3 livres aussi palpitants autant que profonds : une jeune journaliste se retrouve malgré elle entraînée au coeur d’une enquête autour de l’énigmatique légende qui entoure Marie-Madeleine et le couple sacré qu’elle aurait formé avec le Christ. Pour résumer : suspense et enseignements spirituels sur le christianisme des origines et la manière dont il a traversé les siècles. Cette trilogie m’a redonné goût au message du Christ, bien malmené par l’éducation religieuse que j’ai reçu étant enfant. 

 

9. Accepter ce qui est, Byron Katie

Alors qu’elle allait très mal, Byron Katie a eu un jour une révélation : celle de se poser 4 questions toutes simples qui permettent de sortir de la douleur, de mettre à distance ses émotions et avec les autres, et de se sentir en paix dans son coeur. A mettre entre toutes les mains.

 

10. Vivre dans la Grandeur, Mark Januszewski

J’en ai lu des livres de développement personnel et de spiritualité, mais j’ai rarement vu une méthode qui offre un cheminement aussi concret et pragmatique afin de devenir la personne que notre coeur nous enjoint d’être. Un engagement fort et quotidien mais qui porte ses fruits en quelques semaines seulement.

 

Maintenant, c’est à vous ! Faites la liste des livres qui ont vraiment compté pour vous et ce qu’ils ont changé dans votre vie, de tous les pas qu’ils vous ont permis de faire sur votre chemin.