Quels sont vos objectifs de rentrée ?

 

J’espère que vous allez bien en ce matin de rentrée !!

Même si nous n’avons pas d’enfant en âge d’être scolarisé, il est impossible d’échapper à ce tourbillon, ne serait-ce que parce que bon nombre de calendriers sont rythmés sur cette date.

Mais rassurez-vous, je ne vais pas vous faire ici la liste de tout ce que vous devriez faire/acheter/mettre en place pour être une super maman qui assure pour ses enfants ou des bonnes résolutions que vous pourriez prendre pour passer un super automne qui déchire !

Non, je voudrais vous proposer un rendez-vous d’amour avec vous-même. Je voudrais vous inviter à faire de cette rentrée non pas un moment de stress mais un moment de cocooning.

Pour moi, cette rentrée rime avec un grand changement : ma fille de 4 ans et demi va à l’école 2 jours par semaine !

Vous vous souvenez aussi des grandes décisions que j’ai prises ces dernières semaines :

  • faire du dimanche une journée 100% off
  • prendre une année sans nouveau projet
  • arrêter de travailler à 14h

A ce sujet, je suis tombée hier cet article.

Bon, c’est pas de la littérature et la fin m’a un peu énervée (en 2019, il faut encore l’accord de son Jules pour faire ce qui est bon pour nous), mais l’idée  générale, c’est qu’il est essentiel de préserver notre santé mentale et de remplir notre réservoir émotionnel quand on est maman. Enfin !!

Du coup, pour cette rentrée, je me suis fixée une sortie chaque semaine : une après-midi au hammam une semaine sur 2 et une soirée copines l’autre semaine.

Et vous, quel rendez-vous d’amour avec vous allez-vous créer cette année ? 

Un truc rien que pour vous, qui vous plait, que vous aimez, qui vous rend joyeuse, qui vous fait plaisir, qui ne « sert » pas forcément à grand chose, à part prendre soin de vous et vous aimer davantage. Et ça, c’est quand même vachement utile vous ne trouvez pas ?

Dites-le moi dans les commentaires, je suis curieuse ;-)

remplacer le « faire » par « être »

 

Mon amie Clairanne est toujours avec moi en Normandie et hier soir nous avons fait un feu. Nous en avons profité pour y jeter tout ce que nous ne voulions plus dans notre vie. Nous avons écrit chacune notre tour sur un papier ce que nous voulions transformer dans notre vie et l’avons jeté au feu. Même ma fille a tenu a jeter son mot (« je ne veux plus que maman me crie dessus »). 

C’était vraiment très émouvant. Puis nous avons chanté et dansé autour du feu. Nous avons aussi tiré une carte de l’Oracle de Marie et celle qui est sortie pour moi c’est « Notre Dame qui confère les bénédictions ».

Ce matin, j’ai donc fait la méditation liée à cette carte et voici ce qui m’est venu.

Je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit, mais je ressens très souvent une gêne, presque une douleur parfois, au niveau du plexus solaire. C’est le signe que quelque chose n’est pas aligné au niveau de mon « je suis » et c’est très lié au sentiment de honte qui m’habite depuis toute petite, sentiment que j’ai déjà travaillé bien sûr et qui s’est grandement amélioré mais qui n’a pas disparu tout à fait.

Suite à la méditation, j’ai eu envie de demander à mes guides « que faire aujourd’hui pour me réaligner sur ma destinée divine » et voici la réponse : « regarder la vie et tous ceux qui t’entourent avec les yeux de l’amour ». Et ma gêne au niveau du plexus solaire a instantanément disparu !

En effet, il ne s’agit pas simplement de faire ce pour quoi on est fait, de vivre sa mission de vie, d’exercer une activité professionnelle qui nous fait vibrer et exprimer le meilleur de nous-même, car tout cela est du domaine du « faire ». Il s’agit d’être qui nous sommes vraiment, c’est-à-dire des êtres d’amour.

Je vais essayer de creuser davantage cette question et je vous en parlerai demain.

Qu'est-ce que la Vie cherche à manifester à travers vous ?

L’article du jour sera très rapide et pourtant il concerne quelque chose de tout à fait fondamental !

Je boucle les bagages et tout ce qui concerne l’organisation de mes 3 jours en gîte avec Christian (et nos enfants respectifs), alors suis un peu pressée ce matin : le cake féta-olives noires (avec 2 gouttes d’huile essentielle de basilic doTERRA dans la pâte bien sûr) est dans le four !

Notre objectif de ces 3 jours : créer le réseau des praticiens en onctions sacrées. C’est donc un nouveau départ professionnel en forme de (presque) vacances. C’est de bon augure, vous ne trouvez pas ?

Petite info si vous ne voyez pas du tout de quoi je veux parler. Un peu avant Noël, j’étais très fatiguée alors j’ai pris la décision de me prendre 10 jours complètement off, sans ouvrir mes mails pro, sans écrire d’article, sans faire de vidéo, sans projet particulier. Juste rien et voir e qui se passe. 

C’est là que j’ai reçu des messages que je ne comprenais pas bien, autour du renouveau spirituel, des onctions, etc. J’ai reçu et j’ai demandé à être guidée plus clairement parce que je ne voyais pas en quoi j’étais concernée. Quelques jours plus tard, ma collègue Aurélia Dabon m’a parlé des huiles doTERRA et quand j’ai vu qu’ils faisaient des synergies d’huiles essentielles, j’ai su que c’était là ma réponse et que cette voie des onctions sacrées était en train de prendre forme dans ma vie, en me montrant tout gentiment le chemin, en me donnant tout ce dont j’avais besoin pour la mettre en oeuvre.

Vous voyez, j’écris, j’écris et finalement ce n’est plus un si petit mot que ça. 

Parce qu’il m’amène à vous poser une question (allez, même plusieurs tiens) :

• avez-vous déjà ressenti un appel, une direction à suivre mais que vous avez occultée parce que vous ne voyiez pas bien comment le mettre en oeuvre concrètement ?

• avez-vous déjà suivi un tel appel, même sans en connaître les tenants et les aboutissants et vous vous êtes aperçu que tout s’éclairait eu fur et à mesure de votre avancée ?

• et en ce moment, qu’est-ce que la Vie cherche à manifester à travers vous, même si c’est encore flou ? Prêtez-y attention et ouvrez votre cour à ce « quelque chose », même si vous ne voyez pas du tout où ça va vous mener ?

Je peux vous garantir que c’était le cas pour moi à Noël quand j’ai été parcourue de frissons en regardant The Crown sur Netflix, dans toutes les scènes autour du couronnement et où il était questions d’onctions. Je me demandais bien ce que ça voulait dire. Mais j’ai écouté, j’ai dit « ok » et aussi « montrez-moi le mode d’emploi parce que là je vois pas bien ». Et voilààààààà !

se laisser aimer

 

Dans ma méditation de ce matin avec la carte Notre-Dame de la Divine-Présence, qui est à la carte que j’ai tirée pour m’accompagner pendant ces 100 jours, j’ai à nouveau ressenti à quel point il était difficile de me laisser aimer. 

Je l’ai à la fois ressenti en moi, mais ça se manifeste jusque dans les petits trucs de la vie. Je m’apprête à partir un mois en Belgique chez ma soeur de coeur, Anne, comme je le fais chaque année, et la semaine dernière je n’avais encore aucune solution pour les animaux de la maison, deux chats et un lapin. 

Et je n’osais pas demander. 

C’est un ami qui m’a proposé de s’occuper du lapin et de prendre aussi un des chats qui connait sa maison (et le territoire autour, riche en souris). Je me suis rendue compte que ça me gênait vraiment, que je me sentais redevable. 

La semaine dernière, mon imprimante était en rade et j’ai demandé à une copine de m’imprimer quelques feuilles et là aussi, j’ai senti que c’était un effort pour moi. C’est amusant parce qu’à moi on me demanderait d’imprimer même 500 pages, je n’aurais même pas l’impression de rendre un service. Et cerise sur le gâteau, hier soir une voisine que je ne connaissais même pas, mais qui est amie avec une autre voisine, m’a proposé de venir s’occuper du chat qui va rester à la maison !

J’ai analysé un peu le truc et voici ce que j’ai trouvé :

  1. Comme je suis intelligente, thérapeute, et que j’ai le cerveau câblé « solutions » (je ne vois jamais les problèmes, immédiatement quand il y une difficulté mon cerveau se met en mode « recherche de solutions »), c’est un peu comme si c’était à moi, naturellement d’aider les autres, puisqu’en quelque sorte « je suis équipée pour ça ».
  2. J’ai aussi remarqué que quand quelqu’un est sympa avec moi, comme ça, sans raison, non seulement ça me met mal à l’aise, mais je ne comprends même pas ce qui se passe. C’est comme si ça ne rentrait pas dans mes cases. On ne peut pas m’apprécier jusque comme ça, pour qui je suis. Quand je suis dans ma posture « relation d’aide » ou recherche de solutions, ben oui, c’est normal qu’on m’aime bien, mais sans raison, ça c’est bizarre.

Voilà mon cheminement du jour… Une étape importante pour ouvrir mon coeur. 

La suite dans le prochain épisode ;-)

100 jours pour ouvrir son coeur à la vie

Oufti comme diraient mes amis belges, ça commence super fort ces 100 jours !! 

Ça fait quelques jours maintenant que j’ai décidé de m’offrir – et de vous offrir par contrecoup – un processus de 100 jours, avec pour objectif d’ouvrir plus grand encore mon coeur à la vie.

Pourquoi et comment j’en suis arrivée là ? Je vais globalement bien dans ma vie. Je vis exactement comme j’en ai envie. J’adore le métier que j’ai choisi : offrir du contenu gratuit à partir de mon cheminement personnel et spirituel, de mes lectures, de mes connaissances en tant que praticienne en relation d’aide, des canalisations que j’ai avec mes guides spirituels, via mon blog et mes vidéos et aussi vendre des formations qui permettent de vivre sa spiritualité au quotidien (mission de vie, comment interroger ses guides spirituels, comment prier…). J’adore aussi la manière dont je fais ce métier, c’est-à-dire à ma manière justement, et le fait qu’il me permette d’être disponible pour ma fille de 4 ans et demi qui n’est pas scolarisée (et être aussi à la disposition de mon aîné qui va avoir 16 ans, mais qui a moins besoin de moi ;-). Je décide de ce que je veux faire, quand et comment, et je n’ai compte à rendre qu’à moi-même. Je me suis progressivement libérée du regard d’autrui, au point qu’un jour j’ai été mi-amusée, mi-surprise en entendant mon fils répondre à ma mère « Oh mais maman, ce que pensent les gens, elle s’en fout complètement ». Depuis que les huiles essentielles (merci doTERRA : je vous en reparlerai) sont entrées dans ma vie, je m’accorde de véritables moments détente et bien-être. 

Mais je me suis rendue compte qu’il me manquait un petit truc. En bref, tout ce que je fais a du sens pour moi, mais je le fais encore trop « depuis ma tête », que si j’étais davantage mue par le coeur, comme ça m’arrive parfois, la vie aurait encore une autre saveur, à la fois plus subtile, plus exquise et plus intense.

C’est pour ça que j’ai envie de vous proposer de me suivre dans ce Défi à la fois personnel et collectif. Personnel parce que je vais vous partager mes propres avancées sur ce chemin. Collectif parce que je vais vous offrir tous les outils pour que vous puissiez vous aussi ouvrir votre coeur à la vie et parce que nous serons plusieurs centaines, peut-être même plusieurs milliers à faire ce processus en même temps. En tout cas, mon souhait est de toucher toutes les personnes qui sont dans cette démarche et ne trouvent pas l’inspiration pour le faire.

Alors ce premier jour ? Décoiffant !! Je me doutais que je m’engageais dans un processus puissant, mais je ne m’attendais pas à ce que ça se manifeste dès le premier jour.

J’ai pourtant voulu commencer en douceur, par un moment de méditation. J’ai donc tiré une carte de l’Oracle de Marie, mon jeu de cartes favori, en demandant une direction pour ces 100 jours. Voici celle qui est sortie : Notre-Dame de la Divine Présence. Elle nous invite à ressentir la présence divine en nous mais aussi se mettre dans l’intention de la laisser couler à travers nous pour la transmettre.

Je me suis donc installée comme d’habitude à la petite table à laquelle je m’installe chaque jour pour mon heure de développement personnel et spirituel pour faire la méditation proposée avec la carte. 

Au cours de cette méditation, j’ai ressenti non seulement la présence de Marie, qui s’est peu à peu dissipée pour laisser la place à Jésus himself. En effet, après avoir canalisé Marie régulièrement depuis 2015, je me sens de plus en plus « contactée » par l’énergie de Jésus. Et là, comme je suis au début de mon processus de 100 jours pour ouvrir mon coeur, lui ai demandé de venir se loger dans mon coeur. Et j’ai été très surprise de sa réponse. Il m’a dit que ce n’était pas cela dont j’avais besoin, mais de l’inverse. Que j’avais besoin, moi, de venir dans son coeur. En d’autres mots, que j’avais besoin de me laisser aimer. Que mon problème n’était pas de ne pas aimer assez, mais bien de m’autoriser à recevoir de l’amour, de me considérer comme digne d’être aimée. J’ai alors ressenti beaucoup beaucoup d’émotions, et notamment par la honte que je ressens encore vis-à-vis de mes parents qui ne comprennent pas du tout mes choix de vie car trop éloignés de leurs valeurs à eux et de leur lecture du monde. J’ai sentie aussi que cette blessure était prête à être sinon guérie, au moins à être apaisée. J’ai  beaucoup pleuré et senti l’esprit du pardon me gagner. C’est ce qui me faisait dire plus haut que ces 100 jours démarraient très très fort !!

Si ça vous tente de suivre vous aussi un programme de 100 jours pour ouvrir votre coeur à la Vie, je vous invite aujourd’hui à prendre un temps de méditation en tirant une carte de cet Oracle (si vous l’avez et qu’il vous parle,) ou d’un autre jeu en fonction de vos goûts et habitudes) pour votre propre processus : demander la direction qui est la vôtre pour ces 100 jours et méditez sur ce qui vous est proposé.

 

Une idée simple qui repose sur la loi d’attraction. En effet, lorsque nous demandons quelque chose, via la prière ou bien en passant une commande à l’Univers, selon les termes que vous utilisez ou avec lesquels vous êtes le plus à l’aise, nous n’obtenons pas ce que nous demandons en réalité.

 

Pardon ? Allez-vous me dire… Oui, oui, vous avez bien lu, vous n’obtenez pas ce que vous demandez, vous obtenez en réalité des choses, des événements, des situations qui correspondent  à votre état émotionnel au moment de la demande. Car ce n’est pas la pensée (ou la parole) qui est créatrice, ce sont les émotions. Et par couplage vibratoire (qui se ressemble s’assemble, les vibrations de même fréquences s’attirent) vous recevez de quoi justifier votre état émotionnel du moment. Ainsi, si vous demandez avec désespoir, vous allez attirer encore plus de désespoir, ou plus exactement tout ce qui va vous permettre de rester dans le désespoir.

 

A l’inverse, si vous faites une demande avec gratitude, plus vous montrez de la reconnaissance, plus vous attirez à nous de quoi être reconnaissants : en fait, nous attirons de quoi être reconnaissants à la mesure de la gratitude que nous éprouvons. Pour résumé, si vous émettez des pensées, des émotions, des vibrations de gratitude, alors vous allez recevoir ce qui justifie cette gratitude, à savoir tout ce que vous avez réellement, au fond de vous, envie de recevoir. CQFD.

 

>> Si vous souhaitez aller pus loin et explorer les mystères de la loi d’attraction, découvrez mon feuilleton en 9 épisodes, inspiré du film Le Secret

Voici quelques jours que je suis dans une énergie de rangement et de tri et en mettant de l’ordre dans de vieux papiers, je suis retombée sur ma carte d’adhérente à la ligue des optimistes. 

Apparemment l’association a cessé ses activités, mais leur philosophie est plus que jamais d’actualité et j’y adhère pleinement !

 

En voici un petit résumé :

L’optimisme, c’est avant tout un mode de pensée, une démarche à mettre en œuvre face aux difficultés, qu’il s’agisse des siennes ou celles des autres.

Sur le terrain, l’état d’esprit optimiste consiste donc à affronter les difficultés, les revers, les tensions, les échecs éventuels, etc. sous l’angle de 4 paris, chacun pouvant être travaillé à partir de quelques questions-clés :

 

1er pari : Face à toute difficulté, il y a une issue, une SOLUTION quelque part.

– Comment la situation devrait-elle évoluer pour qu’elle me donne le sentiment de s’améliorer, même partiellement ?

– Quelqu’un de mon entourage ou de ma connaissance a-t-il déjà affronté avec succès ce genre de difficulté ? Comment ?

– Qu’est-ce qui devrait changer dans le contexte de cette situation pour la faire évoluer à mon avantage ?

 

2ème pari : Ce sont mes FORCES qui m’aident à construire les solutions, pas mes faiblesses.

– Dans cette situation, quels sont aujourd’hui mes principaux points forts, mes qualités, les ressources de toutes natures sur lesquelles je peux m’appuyer pour explorer des solutions ?

– Où puis-je trouver de la ressource supplémentaire : de l’information, du soutien, etc.

– Qu’y a-t-il de positif dans la situation actuelle, soit pour moi, soit pour d’autres ?

– Certains de mes points faibles pourraient-ils m’être utiles si l’environnement change ? Comment ?

 

 

3ème pari : Mes forces sont d’autant plus puissantes qu’elles s’appliquent sur les bons LEVIERS, c’est-à-dire ceux sur lesquels j’ai une influence.

– Quels sont les points sur lesquels je n’ai aucune marge de manœuvre (afin d’éviter de gaspiller mon énergie sur eux) ?

– Quels sont les points, les domaines sur lesquels j’ai le plus d’influence ?

– Quels sont les choix que je peux faire et qui seraient le plus susceptibles de faire bouger la situation actuelle ?

 

4ème pari : Mon futur est rempli de POSSIBILITÉS POSITIVES, d’opportunités à venir que je ne perçois peut-être pas encore aujourd’hui.

– Que puis-je apprendre de cette situation qui pourrait m’être utile ?

– Que puis-je faire dans l’immédiat pour tenter de retourner la situation à mon avantage ?

– Qu’est-ce qui devrait changer dans la situation pour qu’elle me redevienne favorable ?

 

Mais il existe beaucoup d’autres questions permettant de vous « optimiser » en situation difficile. C’est désormais à vous de les trouver… sans oublier de les partager avec les autres !

Pour continuer sur la manière dont nous pouvons utiliser la loi d’attraction, non pas comme une pensée magique, mais à la fois pour nous guider et prendre les rênes de notre vie, voici un petit texte issu d’une lettre d’information de Marcelle Della Faille (du site loi-d-attraction.com). Avec son autorisation, je la publie ici.

 

Prenons l’exemple de cette participante qui avait demandé à l’Univers de doubler son salaire mensuel. C’était sa demande, son désir : avoir le double de ce qu’elle recevait. Peu de temps après, son patron lui annonce qu’il va devoir la licencier, conjoncture oblige. Elle pourrait croire que ce n’est pas du tout ce qu’elle a demandé et que le processus de création ne fonctionne pas. Elle peut avoir l’impression de recevoir le contraire de ce qu’elle a demandé, et se culpabiliser ou freiner sa course en se demandant « Pourquoi ai-je attiré cela ? ».

 

Au lieu de cela, elle songe de plus en plus à se lancer dans une activité qui lui plaît et à laquelle elle pense depuis des années. La prévision de la perte de son salaire devient une motivation pour aller de l’avant, réaliser son rêve et lancer sa propre affaire.

 

 

Et quelques mois plus tard, elle reçoit le salaire désiré, dans sa propre affaire. Dès lors, elle sait qu’elle a le pouvoir de quadrupler et peut-être même de décupler ses rentrées, puisque le pouvoir est entre ses mains désormais. Elle ne dépend plus du bon vouloir d’un employeur. Voilà une situation où l’on pourrait croire que l’inverse de la demande lancée s’est produit, alors que, grâce au contraste, la personne a trouvé en elle les ressources pour réaliser son rêve d’autonomie et d’indépendance.

 

Changer exige bien plus que simplement demander et recevoir. Et ce processus peut être léger, facile et aisé, si vous êtes prêt à le croire. Rentrez en vous-même, renforcez votre foi et votre confiance, et ouvrez votre coeur. Croyez que votre guidance intérieure et vos impulsions vous feront passer du niveau actuel à un niveau plus élevé d’abondance. Ce faisant, vous abandonnerez de nombreuses images non porteuses de vous-même et de votre entourage – des croyances souvent héritées et entretenues – et nombre d’opportunités se présenteront pour vous permettre de modifier ces images mentales de façon de plus en plus permanente.

 

Chaque stade de votre spirale d’évolution vous permet d’affiner la transformation de vos croyances. La beauté du parcours réside là. Et ce n’est pas la destination qui compte mais bien ce travail de transformation intérieure. Pour l’âme, l’évolution est toujours une joie. Et l’âme est toujours disposée à vous aider à avancer dans cette voie. Mais vous avez le choix d’évoluer dans la douleur ou la joie. Autant choisir la joie ! Il est beaucoup plus facile de changer dans la joie.

Il y a quelques jours, nous avons parlé de la loi d’attraction et je voudrais vous en reparler aujourd’hui car je viens de tomber sur cet article de Guy Corneau, le célèbre analyste canadien, qui nuance un peu le propos. En effet, la loi d’attraction n’est pas à utiliser comme une « pensée magique » mais bien comme une philosophie de vie, comme un outil de conscience, qui nous permet de prendre la responsabilité de ce qui se passe dans notre vie.

 

Voici ses explications. 

 

« Pour tenter de saisir cette étrange loi qui semble unir l’intérieur et l’extérieur, le monde subtil et le monde physique, le psychiatre Carl Gustav Jung a formulé avec le physicien Wolfgang Pauli, le principe de synchronicité. Ils cherchaient ainsi à expliquer l’apparition simultanée de phénomènes n’étant pas liés par une loi de cause à effet. La synchronicité met en valeur une forme de raisonnement de type analogique voulant que « le semblable attire le semblable » selon le fameux dicton alchimique. Jung trouva là le fondement de sa théorie.

 

Il s’en est servi, notamment, pour expliquer comment la vie extérieure d’un patient se mettait à changer mystérieusement au fur et à mesure que son état intérieur se modifiait sous l’action de la thérapie.

 

J’ai été témoin de cela à de nombreuses reprises. Je me souviens d’un riche homme d’affaires, malheureux d’être exploité par les femmes qu’il fréquentait, trouver une vie amoureuse adéquate lorsqu’il a commencé à s’estimer et à cesser de se juger durement. À partir du moment où il a pris conscience qu’il abusait de lui-même en travaillant 70 heures par semaine, il a pu rencontrer des gens qui ne cherchaient pas uniquement leur profit personnel à son contact.

 

Toutefois, on observe dans la culture actuelle une tentative d’instrumentaliser la loi d’attraction sur laquelle se fonde le principe de synchronicité. Une femme de mon entourage dépose chaque jour rituellement un post-it sur son frigo demandant amour et richesse. Je connais d’autres personnes qui appellent ainsi la guérison de leurs maux et une santé resplendissante. Il s’agit au fond de la pratique d’une pensée positive.

 

Toutefois, ce n’est pas parce que l’on pense intensément à une chose qu’elle arrive pour autant ! À ce compte-là, nous serions tous beaux, riches et en santé.

 

 

Ainsi, dans le livre « Le secret » qui connaît un succès mondial, on encourage les gens à penser intensément et positivement pour apporter santé, succès, argent et bonheur dans leur vie. Bien entendu, cela ne peut pas nuire. Après tout, on risque de rencontrer plus de gens intéressants si l’on a une attitude d’esprit ouverte. Cependant, élevée en dogme, la pensée positive peut glisser du côté d’une pensée magique qui affirme que tout est possible. Il y a un autre danger : si l’on n’obtient pas ce que l’on appelle de tous nos vœux, on se met à douter de soi et même à se sentir coupable de sa contre-performance. Car la pensée magique comporte le risque d’un écrasement dramatique si l’on n’arrive pas à convoquer le résultat souhaité.

 

Or, il y a des limites objectives. La première de ces limites est que nous attirons, certes, toujours et sans cesse, mais nous attirons à partir de l’entièreté de qui nous sommes. C’est notre individualité globale qui émane et aimante. Le reflet tangible que nous rencontrons à l’extérieur de nous miroite notre état d’esprit conscient, certes, mais, détail de première importance, notre état affectif inconscient également. Ce dernier porte nos potentialités inexplorées mais aussi nos ombres, nos blessures vives et les nœuds affectifs qui ne sont pas dénoués.

 

Ainsi, une application plus réaliste de cette loi consisterait à regarder sa vie le plus lucidement possible, dans ses circonstances les plus prégnantes, et de prendre conscience que cela nous reflète parfaitement. On peut alors pacifier ce qu’il y a à pacifier et ainsi on agit sur son destin plus efficacement et plus durablement que par la répétition fervente d’affirmations positives. Car, qu’on le veuille ou non, ces demandes adressées à l’univers ou à Dieu, gardent un individu en position de victime passive, alors que le travail sur soi a au moins le mérite de nous faire prendre conscience qu’il y a des efforts à faire si l’on veut briser nos conditionnements.

 

Ça ne veut pas dire qu’il est inutile de rêver à un futur meilleur et à une grande abondance. Sans cesse, l’imagination ouvre la voie du devenir. Toutefois, cette imagination gagne à être en relation avec notre essence profonde, à ce qui veut s’exprimer réellement en nous. Cela n’a pas toujours à voir avec le succès financier et la célébrité. Toutefois, assurément, c’est l’expression de cette essence qui mène un être à la joie. »

Hier soir, j’ai fait une expérience si merveilleuse que je ne peux m’empêcher de la partager avec vous ce matin.

J’ai fait le déplacement depuis ma Bretagne pour aller voir Neale Donald Walsch, l’auteur de Conservations avec Dieu, qui donnait une conférence à Paris.

 

 

Bien plus qu’une conférence, c’était une véritable expérience que d’être en présence de cet homme d’une humilité incroyable comparé à ce qu’il a pu amener à l’humanité (7 millions d’exemplaires vendus de Conversations avec Dieu, traduit en 27 langues) et doté d’un humour que l’on n’attend pas forcément de la part de quelqu’un de si « spirituel ».

Quand j’ai su qu’il venait en France, cela m’a semblé une évidence de m’y rendre, tant ses livres sont importants pour moi : ils figurent en effet en bonne place dans la liste des livres qui ont changé ma vie.

>> Si vous voulez savoir quels sont les autres, suivez ce lien et vous accèderez à cette liste, qui peut aussi changer votre vie

Grâce à cette merveilleuse soirée aux côtés de 2000 autres personnes aussi assoiffées de spiritualité que moi, je me réveille renforcée dans mon engagement de mettre ma vie matérielle au service de ma vie spirituelle, avec le souhait que ce que je ferai dans mon quotidien pour me vivre en tant qu’être spirituel faisant l’expérience de la matière sera inspirant pour ceux qui désirent être inspirés et faire de même.

Mais le message le plus fort (et pourtant il y en a…) que m’a donné à comprendre Neale Walsch, je l’ai trouvé dans le film consacré à sa vie avant qu’il ne se mette à recevoir les messages de Dieu et qu’il lui soit demandé de les publier.

>> J’ai fait la chronique de ce film dans laquelle je vous partage ce message puissant, vous la trouverez en suivant ce lien

Si vous n’avez pas encore lu Conversations avec Dieu, c’est le bon moment pour le faire.

Bonne lecture !